Le SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires) de la Région Hauts-de-France est aujourd’hui présenté à l’enquête publique (du 16 septembre au 16 octobre 2019).

La Loi NOTRE en 2016 fait de la Région le tête de file de l’aménagement régional et a imposé aux Régions de réunir en un seul document (le SRADDET) leurs différents anciens schémas directeurs (transports, air-climat-énergie, biodiversité...) et celui des déchets (nouvelle compétence). Le SRADDET doit présenter un diagnostic de territoire, donner à voir les visions et les objectifs portés par le Conseil Régional ainsi que leur traduction dans des règles et des cartographies explicites. Ces règles seront ensuite obligatoirement intégrées par l’ensemble des schémas directeurs locaux (PNR, SCOT, PLU...). Pour la 1ère fois, la Région peut jouer un rôle prescriptif de régulateur et d’anticipation des grands défis régionaux : le changement climatique, les déplacements, l’égalité des territoires, les ressources naturelles, les activités ...
Ce document est donc un document majeur qui influera la vie de l’ensemble des habitants de la région.

La MRES et les associations signataires considèrent que ce document présenté à l’enquête publique ne répond pas aux enjeux de territoire dans la période historique que nous traversons d’accélération de la crise environnementale et sociale. Il est même certainement facteur d’aggravation de cette crise et susceptible de porter atteinte à la santé et à la sécurité des populations.
L’analyse que nous faisons de ce document révèle en effet une vision et des projets contraires à l’intérêt général régional. Plus, alors que notre région a des indicateurs de retard accusé dans de nombreux domaines environnementaux (forêt, eau, qualité de l’air, pollutions, santé...), ce schéma peut aggraver la vulnérabilité des écosystèmes régionaux, il est écocidaire.

1 – Dans ce document, la Région refuse d’endosser le rôle de chef de file régional en matière d’aménagement qui lui est imposé par la loi. À ce titre elle met en danger la nécessaire régulation régionale d’un certain nombre de domaines qui lui incombent.

2 – Cette porte ouverte à un développement non régulé traduit une vision extrêmement libérale et écocidaire du territoire.

3 – Cette mise en concurrence généralisée se fera au détriment des territoires et des populations les plus faibles ainsi qu’au détriment de nos ressources naturelles régionales mais également mondiales dans une interdépendance écologique que le SRADDET ignore.

4 – Lorsqu’elle est abordée, la crise environnementale et sociale du territoire et du contexte mondial est systématiquement sous-estimée.

5 – Un projet non respectueux du cadre réglementaire.

6 – À cela s’ajoute également un certain nombre de contradictions dans la rédaction du SRADDET également soulignées par l’Autorité Environnementale.

7 – Un projet non recevable, incompréhensible pour le grand public.

AVIS COMPLET TELECHARGEABLE ICI : PDF - 306.9 ko

Gouverner, c’est prévoir
Nous avions transmis à la Région en 2017, une contribution « Pour un SRADDET de la transition écologique » ;https://mres-asso.org/Pour-un-SRADD.... Aucune de nos propositions pour la résilience et la transition écologique des territoires n’a été reprise dans les règles définies par le Conseil Régional : redéploiement des transports collectifs et soutien marqué aux modes doux, zéro déchet, réhabilitation des logements et des bureaux vacants, économie circulaire, sobriété énergétique, agro-foresterie et agriculture biologique, agriculture paysanne, trame verte et bleue ambitieuse, relocalisation des productions...
L’incapacité du Conseil Régional à envisager d’autres ressources que les ressources industrielles et tertiaires inféodées à des énergies fossiles ou nucléaires, portées par un modèle de croissance aujourd’hui totalement obsolète, nous inquiète véritablement.

Les scientifiques nous alertent sur les forts risques d’effondrement de nos écosystèmes, pouvant sérieusement conduire à un effondrement de nos sociétés, à des pénuries alimentaires et de la ressource en eau, à des accidents de pollutions majeures, et par voie de conséquence à un effondrement économique qui en résulterait, de même qu’à des migrations de populations importantes intra régionales ou internationales... Cela exige un projet de territoire à la hauteur de ces enjeux. Dans cette période d’instabilité et d’incertitude, il y a urgence à renouveler intégralement les capacités de dialogue sociétal et de prospectives pour envisager des trajectoires de territoire solidaires. Il s’agit en effet que le Conseil Régional construise des politiques publiques protectrices face aux risques, régulatrices des inégalités, restauratrices des écosystèmes et d’une économie circulaire, sobres et prévoyantes pour une meilleure adaptation au dérèglement climatique.
L’avenir qui nous est proposé par le SRADDET s’appuie sur une erreur stratégique historique que nous ne pouvons que constater et amèrement regretter et ce, à l’heure des grandes mobilisations mondiales autour de la question climatique, alors que les nouvelles de la dégradation globale de l’environnement sont chaque jour plus inquiétantes. La résilience des territoires devra continuer de se construire autrement, sans le soutien de la Région, et les options qui nous sont aujourd’hui présentées dans le SRADDET pourraient la ralentir dramatiquement. Il est donc nécessaire de demander le retrait du SRADDET pour qu’il puisse être retravaillé dans le sens de l’intérêt général.
Non à la démission de la Région face à ses responsabilités.

La commission d’enquête recueille les avis, chacun peut y contribuer

Comment : en ligne, sur http://registredemat.fr/sraddethautsdefrance-enquetepublique
et les commissaires enquêteurs assurent des permanences dans différentes villes de la région : Agenda en ligne

Quel avis : Après le CESER HdF, l’Autorité Environnementale, le Comité de Bassin Artois Picardie, les associations de la MRES ont élaboré un avis argumenté pour appeler à un SRADDET qui aide à lutter contre l’accélération de la crise environnementale et sociale.
AVIS COMPLET TELECHARGEABLE ICI : PDF - 306.9 ko

MERCREDI 9 OCTOBRE 2019, 18h,

LIEU : AUBERGE DE JEUNESSE – Stéphane Hessel
Adrs : 35, boulevard Paul Painlevé 59000 Lille

"Je m’exprime dans l’enquête publique sur le SRADDET"

Au cours de cette rencontre seront proposés :
> Partages sur l’avis argumenté des associations
> Comment participer à l’enquête publique

Je m’inscris ICI